Tremplin Carnot Interfaces | HawAI.Tech, la startup qui fait du hardware pour l’IA
IA,hardware,probabilités,bayésien, startup,algorithmes,iot
1363
post-template-default,single,single-post,postid-1363,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
 

HawAI.Tech, la startup qui fait du hardware pour l’IA

HawAI.Tech, la startup qui fait du hardware pour l’IA

« L’ère glorieuse des ordinateurs d’architecture von Neumann est derrière nous. Ce type de machine a atteint ses limites, tant du point de vue technologique que de celui des applications. Une grande effervescence règne dans le monde du traitement de l’information pour essayer d’imaginer et de développer des concepts alternatifs »

 

 

La startup Hawai.Tech, créée par Pierre Bessière et Jacques Droulez, directeurs de recherche à l’ISIR, promeut les méthodes mathématiques, les algorithmes, composants électroniques, circuits intégrés et machines pour l’intelligence artificielle probabiliste. L’aventure commence en 2003 avec la création de ProbaYes (Pierre Bessière et Emmanuel Mazer, CNRS), une entreprise de logiciels pour l’industrie rachetée par la groupe La Poste en 2016.
« Faire des logiciels c’est bien mais ce n’est pas suffisant explique Pierre, c’est pourquoi nous avons voulu proposer une gamme de services : architecture de circuits dédiés très basse consommation qui résolvent des problèmes notamment pour la nouvelle génération d’IoT. Nous travaillons aussi sur la fusion d’informations capteurs permettant une meilleure rentabilité des objets. C’est le cas de notre produit (B)ASIC qui fait la synthèse en local et qui envoie l’information uniquement quand c’est nécessaire, cela nécessite moins de communication, c’est donc moins coûteux. »
Un autre de leurs produits, le (B)PU (Processing Unit), part de l’idée qu’il faut résoudre un problème complexe en IA avec les probabilités. Cela demande de lourds calculs qui peuvent prendre du temps. Ils proposent donc une carte intégrée qui permet de faire ses opérations plus rapidement. A terme, la startup souhaite aussi développer le (B)learn, un hardware directement capable d’apprentissage online.
La startup a été financée grâce aux 11 membres de l’équipe mais de nouvelles levées de fonds sont attendues sous peu. La startup affiche la volonté d’être pionnière en matière de nouvelle génération d’IoT. C’est de bon augure pour cette jeune pousse âgée de quelques jours seulement !