Tremplin Carnot Interfaces | Carnot Interfaces intègre le consortium en santé FINDMED
e-santé, technologies en santé, médical, robotique chirurgical
1610
post-template-default,single,single-post,postid-1610,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
 

Carnot Interfaces intègre le consortium en santé FINDMED

Carnot Interfaces intègre le consortium en santé FINDMED

 

Le mois dernier, Carnot Interfaces a intégré le consortium FINDMED. M. Salauze, directeur des opérations nous explique ce qui caractérise FINDMED dans le cadre de la forte émulation actuelle autour des innovations en santé.

 

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le consortium FINDMED ?

 

C’est un regroupement de 16 instituts Carnot. Les instituts membres du consortium FINDMED sont spécialisés dans les domaines de la santé. Le consortium propose des offres coordonnées de recherche pour répondre aux besoins des entreprises, en faisant collaborer parfois plusieurs Carnot sur un même projet. Le consortium aide ainsi les PME, TPE et ETI dans leur développement. FINDMED les met en contact avec les structures académiques du consortium, et les aide à ouvrir les bonnes portes pour ensuite mener à bien leurs projets de R&D dans le cadre de collaborations de recherche. Le consortium est en contact avec environ 350 des 500 PME/TPE/ETI en santé qui existent en France.

 

Pour vous, qu’est ce qui représente l’avenir dans le domaine médical ?

 

Le champ d’action de FINDMED s’ouvre désormais aux dispositifs médicaux, et aux technologies de santé au sens large. En effet, outre que la découverte des médicaments va de plus en plus faire appel au numérique et l’intelligence artificielle, leur prescription et leur administration vont de plus en plus intégrer des dispositifs médicaux. Jusqu’à présent, les patients étaient traités avec des remèdes conçus pour des populations larges, alors que dorénavant les molécules seront adaptées aux spécificités de la maladie de populations restreintes de patients, et leur administration sera encadrée par l’utilisation d’outils numériques pour permettre le ciblage des patients adaptés à une molécule données, ce qui aura pour effet d’augmenter l’efficacité des traitements tout en réduisant les possibles effets secondaires. Par ailleurs, la prise en charge d’un patient va de plus en plus faire appel à des combinaisons de médicaments et de dispositifs médicaux, que ce soit pour mieux administrer les médicaments, ou car les dispositifs médicaux, notamment implantables, constitueront des solutions adaptées. Enfin, la robotique, notamment chirurgicale, permettra de pratiquer des interventions qui ne sont pas possibles par la seule main de l’homme. Tout ceci plaide donc pour la venue de nouveaux Carnot au sein du consortium, dont le Tremplin Carnot Interfaces compte tenu de ses compétences en robotique chirurgicale et en informatique.

 

Quel est le rôle du consortium FINDMED dans le paysage français de l’innovation en santé ?

 

Le consortium fait le pont entre les entreprises et les laboratoires académiques experts, c’est ce que les anglo-saxons appellent la « cross fertilization ». Les entreprises y gagnent l’accès à des expertises, des compétences, des équipements et des outils technologiques, parfois très pointus. Quant aux laboratoires académiques, c’est pour eux une opportunité de se pencher sur des questions de recherche applicative en plus de traiter les questions de recherche assez fondamentales dont ils ont l’habitude. La remarque que l’on peut faire est que dans la plupart des collaborations de recherche qui ont été mises en œuvre, ni le partenaire académique, ni le partenaire industriel, n’aurait été capable de répondre seul aux questions posées.